Ateliers danse-théâtre

En janvier 2022, nous avons accueilli Solène Weinachter en Résidence de territoire, avec le soutien de la DRAC Occitanie :

Solène Weinachter, interprète, chorégraphe et pédagogue de la danse

Ateliers danse-théâtre tout public et gratuit au Théâtre Spirale :

  • mercredi 12 janvier 18h-20h
  • jeudi 13 janvier 18h-20h
  • samedi 15 janvier 11h-13h
  • samedi 15 janvier 15h-17h

Sortie de résidence :

« Après tout », solo dansé et joué le mercredi 19 janvier à 18h30, à partir de 16 ans, gratuit

Mamie disait : ‘la mort, ça ne fait pas mourir d’en parler’. Alors parlons-en ! Sur tous les registres. Pour en rire et en pleurer.
Solène fera la répétition de son enterrement, en live!, pour creuser le sujet.

Solène Weinachter

Artiste associée pour la compagnie national Scottish Dance Théâtre depuis 15 ans, Solène écrit son mémoire sur la danse et le handicap, inspirée par le travail de Caroline Bowditch et de compagnie telle que CanDoCo qui militent pour une culture de la danse pour tous.

Depuis 10 ans, Solène travaille en étroite collaboration avec Ben Duke et Joan Clevillé, deux chorégraphes qui font se rencontrer le théâtre, la danse et l’humour.

Inspirée par la scène alternative de Glasgow, Solène a fondé en 2010 Collective Endeavours avec Jer Reid, un collectif de danseurs et musiciens qui improvisent des spectacles inter-disciplinaires hors les murs du théâtre traditionnel en Grande Bretagne et en Europe.

C’est sur ces principes et son expérience, que Solène qui vit actuellement au nord de l’Écosse, viendra animer notre résidence de territoire. La proposition est notamment basée sur :

  • Échanger, découvrir le métier de danseuse et comédienne à travers l’expérience de Solène dans le monde. Avec qui elle est en interaction. Comment elle se construit. Comment elle construit. Qu’en pensent les habitants de notre territoire. Comment ils regardent et écoutent Solène.
  • Accompagner, écouter les corps et la parole.

Oui à la vie !

« J’aimerai travailler autour du projet que je fais sur le deuil (c’est pas morbide!). Il y a plusieurs thématiques dans ce travail qui je pense peut s’adresser à différents publics. J’ai pour but, grâce à ces thématiques, d’inviter différents publics à échanger sur des sujets un peu tabous, et délicats, mais si nécessaires pour pouvoir dire un grand OUI à la vie.

  • Il y a la thématique de la relation que nous avons à notre propre mort et aux rituels autour de la mort si invisibles dans notre société. Ceci est le point de départ de la résidence sur laquelle j’étais venue commencer à travailler à Spirale avec la répétition de mon enterrement.
  • Il y a aussi la thématique du deuil à faire pour accepter le changement. Un changement nécessaire à faire, qui se doit d’être collectif/global, par rapport à notre planète et nos façons de vivre. Ceci a été accéléré cette dernière année où nous avons vécu des changements soudains et qui nous mettent dans un état d’incertitude permanent. C’est comme une exploration de la zone entre deux écosystèmes. Comment traverser cet espace d’entre deux, passer de l’un à l’autre et faire face à nos résistances faites de la peur, la colère, la tristesse pour aller vers l’action.

Je viens de recevoir des financements pour investir dans la recherche chorégraphique et la dimension participative de ce projet sur le deuil. J’ai quelques résidences en 2021 qui vont m’aider à consolider le contenu. Du coup, j’aurai un contenu solide à partager en janvier 2022 pour développer les ateliers de danse/théâtre et des rencontres avec le public. »

Espace de parole et temps d’échanges autour de la question : « Quelle chanson pour votre enterrement ? »

« Je développe le projet en ce moment avec une art thérapeute et une personne qui anime les cérémonies funéraires. Je travaille avec elles pour m’assurer de créer un environnement sain et bienveillant.

Je ne suis pas sûre encore de quoi faire avec ces échanges qui seront enregistrés (avec l’autorisation des participants) : podcast?, intégrer les enregistrements à la bande son du spectacle solo que je crée?, Faire une playlist et proposer dans un deuxième temps une disco funéraire où on peut danser sur nos chansons préférées et utiliser la danse comme un moyen de canaliser/ gérer les émotions associés à ces sujets.

Cet événement participatif s’articule particulièrement autour du projet artistique sur lequel je travaille et s’adresse à tout public. Le plus divers, le meilleur! Amateurs, non danseurs, personnes âgées, moins âgées, de différentes cultures et classes sociales, de genres, etc. »